3/13/2013 10:18:00 AM

Emperor Norton, les Daft Punk de la street food parisienne !

Emperor Norton, c'est tout d'abord une histoire d'amour. Entre Omid et sa femme Alannah bien entendu, mais aussi entre ce couple américain gourmet et la Ville Lumière. Leur crédo : faire des plats que l’on ne trouve nulle part ailleurs qu’à Paris aux prix abordables dans des endroits accessibles. L’amour qu’ils mettent dans leurs plats est récompensé puisque quand on évoque leur nom, les clients fidèles sont généreux niveau compliment. Une cuisine chaleureuse, gourmande et qui sent bon la Californie ! Si la cuisine n’a pas été leur métier de base, ils ont vraiment réussi leur reconversion professionnelle. Ils veulent surprendre le palais des Parisiens, proposer des plats différents à chaque occasion possible. Chez Zagat, on est épaté autant par leur audace et générosité que par leurs plats originaux. Simples, disponibles et souriants, ils ont accepté de répondre à notre interview. Vous aussi, soyez charmés à votre tour au contact d’Omid et d’Alannah !


Zagat : Parlez-nous d'Emperor Norton ! Pourquoi avoir décidé de vous lancer à Paris ? 
Omid et Alannah : Il est difficile de définir Emperor Norton. Car nous sommes ni restaurant, ni traiteur. L'idée générale, c’est simplement un couple san-franciscain qui cuisine à Paris. Après avoir passé un an derrière le fourneau de Coutume Café en faisant le brunch tous les week-ends, on a décidé d'établir un répertoire plus large. Maintenant, nous sommes un peu partout à Paris. Nous proposons des plats différents pour différents établissements : du granola et cakes sur mesure pour des coffeeshops (Télescope, Black Market Café, The Broken Arm), des mets salés (Glass, Black Market, Café Craft, Rice & Fish Yakimono) et des évènements et brunchs périodiques (Red House, Popcorn Project). Au début, quand nous sommes venus à Paris, ce n’était pas vraiment pour lancer Emperor Norton. Mais au fil du temps, la Californie nous manquait terriblement. On a commencé à cuisiner pour nous et poster les photos sur un blog. Ensuite, sur les conseils des amis, on s’est lancé dans l’aventure. On a eu envie de proposer de la cuisine mexicaine et la vraie street food aux Parisiens. Après plusieurs dîners "resto clandestin" un vrai business a été né. C'est Paris qui nous a choisi ! 

Zagat : Quelles sont les surprises de votre métier ? 
Alannah : c'est la générosité des gens, notamment les confrères dans la restauration. Des fournisseurs aux concurrents directs, nos chers clients et leurs clients, quasiment tout le monde est heureux pour nous aider. 
Omid : c'est de savoir qu'il y a des gens qui veulent manger notre cuisine. 

Zagat : Quelle est la tendance culinaire de cette année selon vous ? 
Omid et Alannah : Sans aucun doute c'est le sandwich chaud. Heureusement qu'il y avait Black Market Café qui nous a fait confiance et qui a décidé depuis janvier de servir nos sandwichs. Nous créons chaque semaine un nouveau sandwich chaud, et il n'y a jamais de reste ! Ça nous fait plaisir pas seulement parce que les gens aiment nos sandwichs, mais aussi d'aider une toute petite entreprise qui sert les gens de son quartier. Donc voilà : l'arme contre la malbouffe, même dans un quartier "en développement", c'est le sandwich chaud.  

Zagat : Donnez-nous le top 5 de vos restaurants parisiens favoris ! 
Omid et Alannah : Là où nous ne fournissons pas les plats ? ;) L'Avant Comptoir pour ses vins et ses petits plats à consommer – débout – sans modération. Frenchie Wine et L'Art Source Bar, pour les mêmes raisons. Happy Nouilles pour les nouilles faites maisons et le service ultra-mignon. Rice & Fish parce que le chef est un autre californien qui explose les papilles parisiennes. En plus d’être un pote, il utilise nos buns pour le Japan Burger. Mais nous y allons surtout pour le sushi, accompagné de plein de bière. 

Zagat : Quelles sont vos sources d'inspiration ? 
Les deux : Notre propre appétit ! La plupart du temps, nous créons des plats basés sur ce que nous avons envie de manger et d'apprendre. 
Alannah : je suis inspirée par le chef suédois Magnus Nilsson parce qu'il a élevé la cuisine locale, traditionnelle et super-saisonnière de son pays. Si non, la "Tamale Lady", une dame mexicaine qui vend les tamalés (petits gâteaux de maïs à la viande) aux ivrognes des bars san-franciscains. 
Omid : par mes voyages – en Europe, en Asie, en Amérique Latine, en Australie –. Et par les grands chefs qui savent non seulement cuisiner, mais aussi transmettre leurs idées : Michel Bras, René Redzepi ... Les étagères de notre appartement sont débordés des livres de voyage, de cuisine et d'histoire. 

Zagat : Si Paris était un plat, ce serait... 
Omid et Alannah : Le plat du jour d'une brasserie : Toujours en changement. Parfois génial. Parfois énervant. Jamais la même chose. 

Zagat : C’est quoi la définition d’un bon plat selon vous ? 
Omid et Alannah : Quand on crée un plat ou quand on critique un resto, nous utilisons un mot en anglais : "Balance. Balance, balance, balance, balance, balance!" C'est à dire l'équilibre. Pas l'équilibre nutritionnel (qui est important bien sûr), mais l'équilibre de saveurs : la salure, la douceur, l'acidité ... les petites notes de contraste dans un plat. 

Zagat : Est-ce que vous cuisinez à la maison ? 
Omid et Alannah : Beaucoup moins qu'avant ! C'est l'ironie d'être cuistot. Plus on sert les gens, moins on cuisine chez soi. Pourtant, il en faut ! Premièrement, parce qu'il faut que nous sommes nos propres cobayes. Ensuite, parce qu'on ne gagne pas beaucoup en cuisine, donc c'est impossible de manger au resto trop souvent. 

Zagat : Que trouve-t-on dans votre frigo ? 
Omid et Alannah : Quelques expériences de pickles (pas encore prêt pour le grand public). Quelques expériences de confitures (toujours pas encore prêt pour le grand public). Coca-Cola (normal, pas Zero ou Light – ici on aime le sucre! -) après le travail. Des bières artisanales. Plein de lait pour notre thé, parce que parfois, on se prend pour des anglais. 

Zagat : Quels sont vos projets à venir ? 
Omid et Alannah : Bah, voilà, on ne garde pas des recettes secrètes, mais nos projets, c'est une autre histoire ! Il fait longtemps que les gens chuchotent d'un restaurant Emperor Norton. Peut-être il faut y réfléchir un peu...

2 comments :

  1. Harder, Better, Faster, Stronger !
    Emperor Norton rocks !

    ReplyDelete
  2. Thanks for sharing, this is a fantastic post.Thanks Again. Fantastic.
    Massage arnhem

    ReplyDelete